Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Bonnes pratiques

Un festival des métiers de la montagne

Comment un guide des métiers de la montagne a donné naissance à un festival dédié aux échanges, à l’avenir et aux rencontres.
Image caption:
Un festival des métiers de la montagne (c) Gilles Garofolin

Un homme d’âge mûr assis devant un établi  fabrique des girouettes. Il ne reste jamais seul bien longtemps : les visiteurs s’arrêtent, regardent, posent des questions ou s’essaient eux aussi à former le métal. Quelques stands plus loin, une jeune femme explique à un groupe de petites filles son travail dans le domaine du Secours en montagne. Non loin de là, des enfants assis en cercle écoutent les yeux brillants « Jeannette la vachette » leur conter les secrets des alpages et du bon lait. Plus loin encore, des stands présentent des informations sur les offres de formation dans la région et sur toute la France et l’Europe. Une classe se renseigne sur la rédaction de CV. Nous sommes dans le village des professionnels de la montagne et de la formation.

Au milieu de tout ça, il y a Monique Marchal. Depuis 1994, elle coordonne et anime le Festival International des Métiers de la Montagne (FIMM) qu’elle a créé avec la Ville de Chambéry et l’Association Nationale des Élus de la Montagne (ANEM), et l’organise aujourd’hui encore avec un enthousiasme à toute épreuve. « Le festival a lieu à Chambéry/F seulement tous les deux ans. » Dans les années intermédiaires, le festival part en voyage : après avoir joué à saute-frontières pour rejoindre les pays voisins (Italie et Suisse), il a fait escale en république d’Andorre, en Roumanie, en Russie ou en Ukraine. Chaque pays est libre d’organiser l’événement à sa guise, poursuit Monique Marchal. « Seules contraintes : il doit être dédié aux métiers de la montagne, ouvert au grand public et gratuit. »

À l’origine de la création du festival, un petit guide des métiers de la montagne publié quelques années en amont. « C’était un répertoire exhaustif sur les métiers à exercer en montagne tels que les voulaient les professionnels de la montagne. Ce qu’ils souhaitaient avant tout, c’était favoriser les échanges interprofessionnels », explique Monique Marchal. « Le festival nous permet de donner un cadre à ces échanges. » Les professionnels connaissent parfaitement bien les problématiques et les enjeux de développement. Ces colloques, débats et conférences sont au cœur du Festival pendant quatre jours.

Pour attirer le grand public, de nombreuses animations sont proposées tout au long de ces journées. Dans l’ancienne caserne du Carré Curial, un espace outdoor dédié aux enfants leur permet de s’initier et de s’amuser sur des animations sportives telles que le mur d’escalade, le rodéo snowboard ou le parcours de biathlon. Ce sont ces animations en libre accès qui donnent aux professionnels l’occasion de dialoguer avec le grand public.

En savoir plus : www.metiersmontagne.org

Mots-clés associés : Habiter et travailler

Portrait

Quoi : Festival International des Métiers de Montagne (FFIM).

Qui :

Organisation : association Montanea, Président : Christophe Rosset, ou les régions d’accueil les années impaires.

Participants : représentants des métiers de montagne, des entreprises et des organismes de formation, jeunes, demandeurs d’emploi, grand public.

Où : à Chambéry/F et dans des régions de montagne du monde entier.

Quand : depuis 1994, les années paires à Chambéry et les années impaires dans d’autres régions de montagne.

Comment : le festival est un espace de promotion et d’échanges sur les métiers de la montagne. Un volet important est consacré à l’information des jeunes sur leur avenir professionnel, en coopération avec des écoles, des universités, des opérateurs jeunesse et des organismes de formation. L’accès au festival est gratuit.

Transférabilité : toutes les années impaires, le festival a lieu dans une autre région de montagne du monde. L’équipe de Chambéry accompagne les régions et les fait profiter de son expérience et de ses contacts. L’organisation proprement dite est prise en charge par le pays d’accueil. Avis à toutes les régions de montagne intéressées !